Causeries initiatiques pour le travail en Chambre du Milieu

Référence 00095
CHF15.00
En stock
1
Détails du produit

Auteur : Edouard E. Plantagenet

Titre : Causeries initiatiques pour le travail en Chambre du Milieu

Editions : Dervy 1985

Format : broché – 21,5 x 13,4 x 1,5 cm – 198 pages

Etat : occasion, comme neuf, dos défraichi

" O toi, qui veux parer ton esprit de la sagesse du Maître et ton cœur de sa Bonté. O toi, mon fils bien-aimé, seras-tu assez fort pour supporter ce fardeau surhumain ? Tu fus un apprenti fervent, as-tu aussi été un compagnon consciencieux ? Tu hésites, ta conscience n'ose répondre ! Que dois-je craindre ? De te voir, dès demain, devenir le comédien de tes premières sincérités ? Vas-tu noyer ton ignorance dans le flot des paroles redondantes qui grisent les hommes mais dessèchent l'âme, vas-tu te draper dans ton titre comme le rhéteur dans sa toge ou as-tu compris que plus on monte, plus il faut savoir descendre ? Le grand n'est vraiment grand que lorsqu'il sait se diminuer, le Maître n'est vraiment maître que lorsqu'il se sent redevenir apprenti. " Sur le Tombeau d'Hiram

Accompagnée d'un précis de droit maçonnique

Édouard E. Plantagenet est le pseudonyme d’un auteur qui rédigea « Causeries initiatiques pour le travail en loge d’apprentis » (Paris, Librairie Maçonnique, V. Gloton 1929, rééd. Dervy-Livres 1957, Dervy 2003) « Causeries initiatiques pour le travail en chambre de compagnons » (1929) et « Causeries initiatiques pour le travail en chambre du milieu » (1931).

Le véritable nom de Édouard E. Plantagenet était Édouard Ignace Engel. Né à Bruxelles le 11 mars 1893 d’un père prussien, il s’installa en France en 1911. Avant la guerre de 1914-1918, il est artiste de music-hall. Il acquiert la nationalité française en 1928, soit à l’âge de 35 ans. Il devient un pacifiste très engagé et membre du Conseil national de la paix.

Il reçut la lumière en 1925 au sein de la Loge « L’Effort » du Grand Orient de France et s’affilia à la Loge « Général Peigné » de la Grande Loge de France dont il fut le Vénérable Maître – pendant la Grande Guerre, le Grand Maître de la GLDF était le général Paul Peigné (1841-1919) dreyfusard, républicain et laïc. Édouard E. Plantagenet devint aussi membre de l’ordre maçonnique mixte international Le Droit Humain.

Directeur des publications internationales « La Paix », il faut aussi le président du Syndicat professionnel des directeurs et éditeurs de journaux et également fondateur et directeur des « Annales maçonniques universelles », publiées de 1930 à 1938.

Plantagenet créa le groupe français de la Ligue Universelle des Francs-Maçons (LUF), elle-même fondée en 1905 au cours du 1er congrès espérantiste mondial. Le nom de l’association est d’ailleurs Universala Franmasona Ligo – 1905, soit, en abrégé, UFL-1905.

Il fut aussi membre du groupe maçonnique Fraternité-Réconciliation qui a réveillé la Loge « Goethe ». Il fut le premier Vénérable de cette Loge parisienne d’expression allemande de la Grande Loge de France.

En mars 1942, il fut l’objet d’une demande de révision de naturalisation en vue de sa déchéance de nationalité française pour avoir été dignitaire franc-maçon. Cette révision est rejetée en août 1942 avec la mention « maintenu pour services rendus aux Affaires étrangères ». Juif, Plantagenet fut déporté et mourut en 1943. La Loge « Goethe » perdra d’ailleurs six des siens en déportation.

Enregistrer ce produit pour plus tard

Inscrivez-vous à notre lettre d'information.

© 2019-2021 Elisa Chaillou